Site Loctudy - Toponymie

Site Loctudy - Accueil

Site Loctudy - © Copyright 2018 – Tous droits réservés.


Toponymie

Loctudy

Le terme loctudy, loktudi en breton, serait issu du latin locus-tudy, lieu de Tudy, lieu consacré à Tudy.


Les noms en lok

Une bibliographie existe concernant les noms bretons en lok . [b_quen01] [b_deba01]


Lotudy
A propos du terme Lotudy (sans c ou k), il semble que ce terme soit relativement tardif (XVIIIe siècle) et qu'il ait remplacé le terme Saint, Sant ou Santez.
On peut donc faire l'hypothèse que Loctudy se nommait préalablement Saint-Tudy (sant tudi) comme son homologue Saint-Tudy en cornouailles anglaise.
On peut en effet supposer que la même transformation a eut lieu pour le Lotudy près de Pont L'Abbé que pour le Lotudy de l'Ile de Groix :
"[A Groix,] les fonctions rectorales doivent subir vers cette époque [1726], certaines modifications. Le 16 avril [1726], l'ancienne expression St-Tudy est brusquement remplacée par Lotudy et bientôt Loctudy. Sur les registres, dans les actes, il n'est plus question désormais, que du recteur de la paroisse ou du bourg de Loctudy. Quelques mois après cette transformation de nom, le recteur fait les inhumations dans le cimetière de Loctudy et non plus dans le porchet de l'église. Il n'y a là qu'un changement de mot parce qu'en réalité, on enterrera dans l'enceinte de l'église, qualifié du titre de cimetière, jusqu'à l'épouvantable épidémie de 1777." [b_gour01]

Plusieurs sources indiquent le terme lotudy :
- Traduction tardive de l'Acte de Avril 1220, Pièce 32 :
"Quedam lictere inter episcopum et abbatem de Revis et conventum"
traduit plus tardivement par :
"Accord que l'abbé et convent de saint Guedas de Ruis auront une des prébendes de Lotudy, l'Evesque de Cornouaille disposition des deux autres." [b_peyr01]
- Traduction tardive de l'Acte de 1224, Pièce 38 :
"Littere domini episcopi et Hervei de Ponte super ecclesia Sancti Tudii - 1224"
traduit plus tardivement par :
"Concordat entre les seigneurs Evesque de Cornouaille et du Pont, touchant Lotudy " [b_peyr01]
- "jour 20e de mars 1730" : "paroisse de Lot-tudy [passage à la ligne] et église pricipalle d'icelle" [b_xx01 p. 194] et "dans l'église paroissiale du dit Lotudy" [b_xx01 p. 195]

Concernant Lotudy à Belle-Ile :
sur une carte de l'Isle de Belle-Isle, publication de 1761 : au dessus de Le Palais se trouve le village de Lotudy [voir Les cartes de Bretagne]

Il existe en Bretagne de nombreux termes de même facture, tel :
Loperec (saint Pérec ou Pétroc et le cerf) [b_dobl02 p. 12-13, iconographie],
Lodonnec (en Loctudy).

Les îles St Tudwal

Trois places au nord du pays de Galles, dans la péninsule de Lleyn, baie de Cardigan, dans le Carnarvonshire, perpétue la mémoire de Saint Tugdual, bien que le nom de ce saint n'existe pas dans les anciens calendriers gallois.
Plusieurs groupes d'îles existent : Ynysoedd Tudwal et Ynysoedd-y-Gwylanod.
Ynysoedd Tudwal est connu en anglais comme Saint Tudwal's Islands. Ce sont 2 îles : Ynys Tudwal (la plus grande à l'est) et Ynys Fach (la plus petite à l'ouest) éloignées de Abersoch Bay. Un phare existe sur l'île St Tudwal's Island West. Sur l'île St Tudwal's Island West, il pourrait exister un petit cromlech sous la mer sur un côté de l'île. Saint Tudwal Island Est (Ynys Tudwal) possède une chapelle ruinée qui est mentionnée dans un document roulé qui indique la liste des lieux devant payer l'impôt (tax rolls) datant de 1291. Cette île est supposée avoir été le lieu d'ermitage initial de Saint Tugdual.
Ynysoedd-y-Gwylanod sont 2 petites îles en dehors de Aberdaron Bay.

st tudwal islands
St Tudwal islands

Les cartes de Bretagne

- Jansson, 1640, présence d'un village nommé Louruidu (?) vers l'emplacement de Loctudy.
- BLAEU, W.J., Theatrum Orbis Terrarum sive Atlas Novius, Amsterdam, c. 1640 présence d'un village nommé Louuidu vers l'emplacement de Loctudy, un village nommé Plobanolet vers l'emplacement de Plobannalec.
- Brittania Du catus, Duché Bretagne, présence d'un village nommé Louuidu vers l'emplacement de Loctudy,
- carte de Bretagne 1642 : Tudy, L'Isle Tudy, Pointe Tudy.
- Albrezzi, Albrizzi, 1748, village nommé La Tudy (francisation de Lotudy), Carta Geographica del Governo della Britania.
- carte topographique de Cassisni 1760.
- Carte de l'Isle de Belle-Isle, publication de 1761, Réduction au format 650x500 mm, Echelle réduite approchée à 1:35000, Document nÝ0071-WN, Extrait de l'ouvrage << Hydrographie française >> de 1761. Au dessus de Le Palais se trouve le village de Lotudy . [b_epsh01]

loctudy - carte de cassini
La carte de Cassisni 1760

carte armorique
Carte "description du pays armorique a près bretaigne" indiquant "lotudi"

carte louuidu
Carte "Louuidu"

La Toponymie de la paroisse de Loctudy

Brémoguer
Localisation :
en Loctudy, Larvor
Racine :
"brec'h : élévation, colline, élevé" [b_desh01]
"moger : mur, avait le sens ancien de muraille dans le vieux breton macoer. En toponymie, il s'applique à des ruines gallo-romaines que les Bretons ont également trouvé lors de leur arrivée. Il correspond pour le sens au cornique magor, ruine mais non au gallois magwyr, mur. Tous trois sont issus du latin maceria. " [b_desh01]
Evolution :
"avant l'immigration bretonne." [b_desh01]
"Brechmoguer en 1478 (A83),
Brechmogaer en 1494 (A83),
Bremoguer en 1734 (15H21),
Explication :
"brec'h : "colline, avait aussi en vieux breton outre le sens substantival : élévation, colline, un sens adjectival : élevé, comme le gallois moyen bre " [b_desh01]
"contient un second élément -moguer identique au breton moger : muraille." [b_desh01]

Castel Coz
Localisation :
en Loctudy , proche du village de Loctudy
Racine :
"kastell : château atteste des restes de fortifications anciennes, parfois même protohistoriques. C'est un emprunt au latin castellum. " [b_desh01]
Coz : vieux
Evolution :
"Cozcastel en 1426 (réf.),
Apparaît traduit en vieuxchastel en 1442 (réf.) " [b_desh01]
Explication :
Ce lieu-dit est ancien et date du "peuplement avant l'immigration bretonne". [b_desh01]
Une caractéristique de ce lieu est la présence de nombreux chênes âgés et majestueux, formant un petit parc plutôt qu'une allée, et situés des deux côtés de la petite route de Lohan à Hent Croas (en direction de Loctudy) passant par Castel Coz, devant et hors des bâtiments de la ferme (légèrement sur le côté de l'entrée de la ferme).
Il est possible que ce lieu-dit soit une ancienne motte féodale bien qu'il n'existe pas de dénivellation importante à cet endroit, mais cette abcense de hauteur existe et est même typique de certaines fortifications en Cornouaille. Une autre hypothèse est une ferme fortifiée comme il en existe dans la partie Sud du Finistère.
Cette terminologie (Castel-Coz) se retrouve souvent en Bretagne :
- Motte féodale, tertre de Castel Coz, bois du Quilliou à Plogastel-Pluguffan, exploration du comte de St Luc en 1882 [b_bdha01]

Corn-Lan-ar-Bleis
Localisation :
en Loctudy
Racine :
"korn : coin, lann : lande, bleiz : loup " [b_desh01]
Evolution :
"Corn Lan ar Bleis en 1833 (anc. cad.) " [b_desh01]
Explication :
"Ici le mot Bleis peut être soit pour le breton bleiz : loup, soit le nom, francisé en Le Bleis. Le premier élément est le breton korn : coin." [b_desh01] Littéralement, le coin de la lande aux loups.

Croachou
Localisation :
en Loctudy
Racine :
"kroas : croix, croisement, est un emprunt du latin crux qui donne croes en vieux et moyen breton, croes en gallois et crois en cornique. Ce mot a pris le sens de croisement du fait qu'autrefois se dressait généralement une croix à la croisée de deux chemins. Les toponymes en kroas peuvent aider au repérage des anciennes voies ; ils sont souvent situés sur ces grands chemins (B. TANGUY, Locronan, pp. 72-73) ." [b_desh01]
Evolution :
" Croesou en 1640 (2G189)
Croiziou en 1714 (15H8)." [b_desh01]
Explication :
"représente le pluriel kroasioù de kroas . Le groupe de lettres -zi- a évolué dans la prononciation en -ch-." [b_desh01]

Dourdy
Localisation :
en Loctudy
Racine :
"dour : eau, lieu où coule un cours d'eau. " [b_desh01]
Evolution :
"an Duurti en 1047 (cart. de Landévennec, ch. ???
Dourdy en 1426 (réf.) , " [b_desh01]
Explication :
"s'applique à une maison (ti) bâtie au bord de l'eau.
C'est ici un exemple de composé où le second élément précède le premier." [b_desh01]

Hent-Croas
Localisation :
en Loctudy
Racine :
"hent : chemin, est issu du vieux breton hent et correspond au cornique hens ." [b_desh01]
Evolution :
Explication :
"Littéralement, le chemin en croix." [b_desh01]

Ile-Garo
Localisation :
en Loctudy.
Racine :
peut-être "garo (breton garw) : rude, sévère" [b_desh01]
Evolution :
"Ile Garo en 1833 (anc[ien]. cad[astre]. " [b_desh01]
Explication :
"Admet soit le mot garo (breton garw) [:] rude, sévère ou le nom d'où il est issu." [b_desh01]

Kerdual
"écrit Kertugdoal au XVe siècle." [b_tang01, p. 120] [b_tang05]

La Forêt
Localisation :
en Loctudy.
Racine :
"forêt est un emprunt au vieux français forest. " [b_desh01]
Evolution :
"La Forest en 1401 (A84) " [b_desh01]
Explication :
G.H. Doble parle de "la Forêt-Tudy (appelée maintenant la Cale)". [b_dobl01]

Langoz
Localisation :
en Loctudy.
Racine :
Evolution :
"Correspond-il au lieu noble de Langoezennech de 1426 (réf) ?,
de L'Engoueznech de 1442 (id. ) ?;
de Langoues de 1536 ?
Langos en 1703 (BMS),
Langoz en 1779 (15H19) " [b_desh01]
Explication :
"Si -goz apparaît comme la forme adoucie du breton kozh, vieux, ancien, dans le nom moderne, le composant -goezennech est probablement différent du nom Guézennec mais peut contenir le terme vieux breton uuoed, cri de guerre, clameur, évolué en gouez et qui se montre dans le nom de saint Goueznou. " [b_desh01]

Lodonnec
Localisation :
en Loctudy.
Racine :
Evolution :
"Laudonec en 1442 (réf.),
Laudaudonec en 1478 (A83),
Landodonec en 1494 (id.),
Lodonec en 1669 (BMS),
Lodonnec en 1734 (15H21). " [b_desh01]
Explication :
"L'éponyme peut être Todonec, forme hypocoristique de Tonan, nom qui se montre en composition dans le lieu-dit Lestonan en Ergué-Gabéric et dans Saint-Thonan, localité du Léon non loin de Landerneau. " [b_desh01]
Une autre source indique que la toponymie de Lodonnec est relative à St Vennec.

Méjou Naod
Localisation :
en Loctudy
Racine :
maes, méjou : "désigne en toponymie un champ non enclos, un openfield. Il correspond au gallois maes, au cornique mes, au vieux breton maes ; dans les textes latins du moyen âge, il est traduit par campo. Il se montre, en pays bigouden, au pluriel, soit maesoù, prononcé localement et écrit méjou. Il y désignait une exploitation en commun des terres, chacun formant une unité fiscale, collectivement responsable de la dîme ou de la taille (voir J. MEYER, Atlas géographique de la Bretagne, p. 27). " [b_desh01]
Evolution :
Explication :
"le second élément Naod représente le breton an aod : la côte, la grève, le rivage ; c'est donc un méjou situé près de la côte, en bordure de la mer." [b_desh01]

Palud-du-Cosquer
Localisation :
en Loctudy, Larvor.
Racine : "palud : est la forme bretonne du français palude, palue qui désigne des terrains herbeux parfois recouverts à marée haute sur le bord de la mer (F. Gourvil, NFBOT, p. 207)." [b_desh01]

Pontual
Localisation :
en Loctudy.
Racine :
"pont : correspond au gallois pont, au cornique pons ; c'est un emprunt au latin pontem, fait par les Bretons avant leur immigration en Armorique." [b_desh01]
Evolution :
"Pontual, anciennement Botual" [b_tang01, p. 120]
"Ponttual en 1773 (15H21),
Pontual en 1719 (BMS) ." [b_desh01]
Explication :
"Admet le nom Tual comme second élément. Tual est la forme moderne du nom ancien Tutuual (Tuduual en 867, Tutgual en 924) composé de tut : bon, favorable et uual : valeureux ." [b_desh01]

Poulpeye
Localisation :
en Loctudy.
Racine :
"poull : mare, trou d'eau correspond au vieux breton pul, au moyen breton pol, poul, au gallois pwll et au cornique pol. " [b_desh01]
Evolution :
"Poulpeys en 1426 (réf.),
Poulpey en 1536 (réf.),
Poulpay en 1703 (BMS),
Poulpeye en 1833 (anc. cad.) ." [b_desh01]
Explication :
"Est-il pour Poull bei ou Poull beis, poull renforçant bei(z) ? L'un ou l'autre peuvent être un nom de famille, bei ayant le sens de : sot, stupide et beiz celui de jaloux, à moins qu'il ne s'agisse d'un mot identique à Bei (cart. De Quimperlé, ch. II, en 1029) devenu depuis Baye, localité près de Quimperlé. En gallois on trouve aussi un mot beis au sens de : fond, bas-fond." [b_desh01]

Steir Kerdour
Localisation :
en Loctudy, Larvor.
Racine :
"stêr : rivière, cours d'eau, doit son origine probablement aux vieux français estier, il n'est employé qu'en Cornouaille et qu'en Vannetais." [b_desh01]
Explication :
"contient un autre nom de lieu Kerdour." [b_desh01]
Duplication des mots Steir et Dour.

Suler
Localisation :
en Loctudy
Racine :
"suler : est un emprunt aux vieux français. Son sens varie suivant les dictionnaires anciens. Le Catholicon de Jehan LAGADEUC (1499) lui prête celui de solier ; Dom LE PELLETIER le traduit par le plus haut étage (1752) ; Grégoire de ROSTRENEN par le plus haut étage d'une maison (1732) ; L'ARMERYE par grenier, fenil (XVIIIe siècle). Le correspondant cornique est soler ." [b_desh01]
Evolution :
"Sulaer en 1478 (A83)
Le Suler en 1538 (id.)
Suller en 1640 (2G189) ." [b_desh01]
Explication :

Tréguido
Localisation :
en Loctudy, Larvor
Racine :
Evolution :
"Treguideau en 1707 (15H4),
Treguido en 1736 (BMS Plonivel) ." [b_desh01]
Explication :
"A pour éponyme le nom de saint Quido, dont le radical est le vieux breton cit, cet : don ." [b_desh01]


Bibliographie
Voir page bibliographie.


Site Loctudy - Accueil

Site Loctudy - © Copyright 2018 – Tous droits réservés.